Nous avons besoin de collaborer avec vous...

En 1976, grâce à une collaboration entre le Ministère de la Santé et l’Organisation Mondiale de la Santé, Poecilia reticulata (Poisson Guppy)  a été introduit au Congo. La principale approche de cette collaboration avait pour objectif de contrôler la propagation des épidémies causées par des moustiques et la lutte contre le paludisme (malaria). Aujourd’hui le poisson Guppy a co-évolué  avec les larves de Moustique. Probablement cela est dû aux caniveaux qui ne sont pas quotidiennement assainis. Un échec que l’OMS n’a jamais évalué et rapporté. Ces eaux polluées sont généralement contaminées par les hydrocarbures et les métaux lourds.Une récente étude a montré que le poisson Guppy est capable de vivre aisément dans ces eaux usées grâces aux bactéries présentes dans son intestin. Lesquelles bactéries  lui permettent de dégrader et/ou de tolérer les Hydrocarbures.

Lire et télécharger https://www.hindawi.com/journals/ijmicro/2019/3590584/

Img 20190410 wa0008

PHI - CONGO : LES QUESTIONS LIÉES À L'EAU PRÉOCCUPENT LES EXPERTS

Le président du Comité du programme hydraulique international (Phi) Congo, Clobite Bouka - Biona, a ouvert le 10 avril 2019 à Brazzaville, les travaux d'un atelier sur la maîtrise des données hydrologiques pour une meilleure valorisation des ressources en eau, en présence du représentant de l'Unesco, du vice président et les membres dudit Comité.
L'atelier d'un jour, permettra de définir les bases de connaissances essentielles à l'évaluation des ressources en eau. Cet atelier s'inscrit dans le cadre de poursuivre les travaux débutés le 22 mars dernier, date de la célébration de la journée mondiale de l'eau.

Après le mot de circonstance du vice président,  qui a rappelé les priorités du plan national de développement du Congo 2018 - 2022, notamment la gestion des ressources en eau, Richard Bouka de l'Unesco, partenaire stratégique du Phi, a déclaré que les données hydrologiques constituent une base de connaissances essentielles à l'évaluation des ressources en eau et pour l'aide aux décisions qui en découlent : " évaluer et planifier la ressource en eau en terme de qualité, quantité et de sa dynamique en relation avec les impacts humains, élaborer des scénarios de développement liés à l'eau ..."Nous accompagnons le gouvernement, afin que les questions liées à l'eau soient traitées de façon spécifique, juste et véritable", a - t - il conclu.

Le constat

Le Congo qui est entouré des cours d'eau, manque des stratégies pour donner de l'eau à sa population. Elle qui est une ressource naturelle indispensable à la vie, sans elle il n'y aurait aucune vie possible sur terre.  " spéculer sur la qualité de l'eau, constater les inondations et les dégâts matériels et humains, constituent une rhétorique bien connue d'une diplomatie scientifique vaine. Il faut des mesures pour quantifier, modéliser les phénomènes et les risques, dimensionner les ouvrages publics et bien d'autres choses", a renchérit Monsieur Clobite Bouka - Biona, président du Comité.
Car, tous les êtres vivants ont besoin d'eau pour existe.

Rédigé par Brey PAM

Nos Missions :

• Organiser, conduire et exécuter toute recherche fondamentale et appliquée  relevant des sciences exactes et Naturelles. 

•Contribuer à la valorisation des résultats de ses recherches et de son savoir- faire.

• Promouvoir la formation par la recherche et à  la recherche. 

• Effectuer des expertises scientifiques dans son champ de compétences. 

 

 

Journée internationale des femmes et filles de science

×